Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

You know me, you know why

Articles avec #lakorn

Jam Loey Rak/Defendant of Love (lakorn/drama thaïlandais)

J’ai 200 millions de dramas/séries/films à regarder (chiffre approximatif), et le nombre de choses que j’ai à faire est à peu près aussi long qu’un hiatus hannibalien, et pourtant je me suis lancée  (bêtement?) dans le monde du lakorn (drama thaïlandais). Et quoi de mieux que Jam Loey Rak pour commencer.
Jam Loey Rak (Defendant of love : accusé de l'amour ?), c’est 14 épisodes (mais d’1h30 quand même), une langue pas très différente du Taïwanais (un peu plus d’intonations cependant), une chanson (très jolie d’ailleurs) de Punch, omniprésente(version a capella, piano, saxo, symphonique, etc.) et du drame et de la romance. 

Le héros(Atichart Chumnanon) a une tête intéressante, arrivée à l’épisode 14, je le trouvais presque pas mal (ou peut-être que je m'y étais habituée), l’héroïne (Taksaorn Paksukcharern) est très très jolie, tout comme sa cousine (et sa drôle de perruque), mais cette dernière est très très méchante (un peu en tous cas).
Le héros est riche, possède sa propre île avec larbin/hutte/jungle/serpent/singe (du côté des îles Andaman), mais il est aussi très seul et pas aussi malin qu’il le croit puisqu’il enlève par erreur la charmante héroïne. Il la malmène donc, genre lui fait porter des seaux d'eau, lui fait faire un peu de jardinage, voire lui déboîte l'épaule à force de la secouer. Et Soraya/cendrillon est très mignonne mais pas très fute-fute elle non plus, puisqu’elle se défend très moyennement et cherche à peine à s’enfuir de l’île (ok elle a ses raisons, mais c'est n'importe quoi).

Donc d’un côté, il y a la méchante, celle qui séduit les hommes et les jette, qui a jeté son dévolu sur un gentil garçon, une tante insupportable et un oncle qui la supporte, et la mère de l’héroïne qui a l’air d’avoir à peu près 3 ans de plus que sa fille, et personne ne s’inquiète de la disparition de Soraya au point d’appeler la police. 
Et de l’autre, l’île pas vraiment déserte, puisqu’il y a quand même un gentil/muet/ assassin (mais ça n’est pas un problème, juste une façon de régler quelques fâcheux problèmes, un enquiquineur ? une falaise ? et hop on n'en parle plus), une folle, des villageois, et notre héros défenseur des autochtones (car il a un coeur en or bien évidemment), plus notre héroïne qui tombe peu à peu sous le charme de son ravisseur/violeur (ça tombe sous le sens). 
Car oui, notre héros est gentil mais il viole l’héroïne. Comme cela arrive dans à peu près 90% des lakorns si j’ai bien compris. 
C’est bien évidemment après, quand il est très très désolé, qu’il se rend compte qu’il l’aime, et  il n’a pas vraiment fait exprès, et il la prenait pour une autre (qui elle le méritait sûrement plus qu’elle), et si elle pouvait lui pardonner, voire l’aimer ce serait vraiment sympa de sa part. 
Bref après maintes péripéties, maints perçages de tympan (les filles crient souvent et c’est toujours très très aigu, même quand elles parlent), le couple retourne en ville, le héros poursuit sa cour tout en continuant sa vengeance, la belle ne peut résister face à tant de séduction et de gentillesse, et donc à la fin tout le monde s’aime et la méchante est punie.


Alors forcément, j’ai énormément levé les yeux au ciel pendant le visionnage, peut-être même crié un ou deux ou mille « seriously ?! », mais, je l'avoue, malgré les actes impardonnables du héros, ça ne m’a pas empêché de suivre assidûment jusqu’au bout en espérant une happy end.
Et peut-être même que j’en regarderai d’autres. Si j’ai le temps…

 

  

source

Voir les commentaires

Published by AsDead AsLeave - - Dramas, Lakorn, Jam Loey Rak

You know me, you know why

Séries tv, films, dramas, musique, blablas...

 

Hébergé par Overblog

t>